Cinq finales étaient au programme du soir : 400m NL dames, 200m brasse messieurs, 100m brasse dames, 200m NL messieurs et 100m dos dames.

Résultats live FFN

400m NL dames

Coralie Balmy remporte son pari olympique. Dans une piscine chauffée à blanc par le speaker, elle réalise les minimas requis pour se qualifier aux Jeux pour 26 petits centièmes (4.05.38). Elle devient ainsi la première nageuse de l’équipe de France à se qualifier directement pour Rio en individuel. Ophélie-Cyrielle Etienne s’offre la médaille d’argent, mais ne parvient pas à décrocher les minimas pour les Championnats d’Europe. Elle boucle la course en 4.11.85, sa meilleure performance sur la distance depuis 2012. Fantine Lesaffre surprend les spécialistes et s’invite sur la troisième marche du podium en 4.12.40, elle qui n’avait jusqu’à aujourd’hui jamais nagé sous les 4.20.00 en compétition.

Podium du 400m NL dames.

Podium du 400m NL dames.

Il convient de rendre hommage aux trois nageuses qui suivent au classement, puisque chacune d’elle améliore son record personnel à l’occasion de cette finale : Marion Abert (4.12.85), Alizée Morel (4.12.99) et Coralie Codevelle (4.15.53).

En finale B, notons les belles performances d’Océane Cassignol (2000, Montpellier Métropole Natation) en 4.18.98 et de Margaux Verger-Gourson (4.16.28).

200m brasse messieurs

Sur cette épreuve, les observateurs attendaient une nouvelle victoire de Thomas Dahlia accompagnée d’un chrono inférieur aux minimas européens (2.12.08), voire au Temps de qualification olympique ouvrant la porte à un éventuel repêchage (2.11.66). Il n’en a rien été. Le champion de France 2016 s’appelle William Debourges, qui s’impose à la touche pour trois centièmes devant un étonnant Thibaut Capitaine (2.12.85 contre 2.12.88, deux nouveaux records personnels). Thomas Dahlia doit se contenter du bronze dans un temps anecdotique de 2.13.13 tant il est loin de ses possibilités.

La joie partagée de William Debourges et Thibaut Capitaine à l'arrivée du 200m brasse.

La joie partagée de William Debourges et Thibaut Capitaine à l’arrivée du 200m brasse.

 

  • En finale A, Quentin Callais (2.14.55) et Yann Quiertant (2.16.21) améliorent tous deux leur meilleure marque.
  • La finale B est remportée par Théo Charrade (2.16.94, record personnel). Dans cette course, Thomas Boursac Cervera Lortet (1999, Stade de Vanves) réalise les minimas pour les Gymnasiades en 2.18.28.
  • En finale C, Antoine Marc (2000, Mulhouse ON, 2.19.21) et Virgile Rossillon (2000, SFOC, 2.21.55) franchissent largement les minimas pour la COMEN.

100m brasse dames

Depuis le début des championnats, nous avions cru déceler une certaine nervosité chez Fanny Deberghes : son manque de sensations lors des échauffements avait quelque peu ébranlé sa confiance en sa nage. Une course a suffi à faire s’envoler toutes ses inquiétudes ; la voilà championne de France du 100m brasse. Ce titre est quasiment synonyme de qualification pour les Jeux, via l’intégration au collectif du relais 4 nages. En 1.08.61, elle améliore son record de… 99 centièmes, et devance la championne de France en titre Charlotte Bonnet (1.08.88) grâce notamment à une seconde longueur de très belle facture fort prometteuse en vue du 200m de vendredi. Pour Charlotte Bonnet, cette entrée en lice dans ces championnats n’est pas une grande réussite, mais en cette année olympique, ses véritables objectifs sont à venir et concentrés sur la nage libre.

Fanny Deberghes et Charlotte Bonnet au départ de la finale du 100m brasse dames.

Fanny Deberghes et Charlotte Bonnet au départ de la finale du 100m brasse dames.

En tenant compte des très belles performances de Coralie Dobral (1.09.43), de Camille Dauba (1.09.67) et Solène Gallego (vainqueure de la finale B en 1.09.70), on dénombre pas moins de cinq nageuses sous la barre des 1.10.00 dans les rankings français 2016, du jamais vu dans l’histoire de cette épreuve.

  • En finale A, Nolwenn Hervé (1999, Canet 66 Natation) réalise les minimas pour les Euros junior en 1.10.78.
  • En finale B, Magali Mouton (1999, Saint-Raphaël Natation) porte son record personnel à 1.11.62.
  • En finale C, Emma Onolfo (2002, Olympic Nice Natation) améliore elle aussi sa meilleure marque (1.14.70).

 

200m nage libre messieurs

On ne va pas se mentir, nous attendions cette course avec une excitation certaine depuis plusieurs semaines. D’abord parce qu’elle nous proposait une opposition entre plusieurs nageurs d’envergure internationale (Agnel, Stravius, Pothain, Mignon, Mallet, Bourelly) qui pouvaient tous légitimement prétendre à une place dans le relais 4x200m olympique, voire à une qualification en individuel. Mais aussi parce qu’en bons Grenoblois, nous sommes devenus au fil de sa progression des supporters inconditionnels de Jordan Pothain. Son objectif affiché avant la compétition était d’intégrer le collectif du relais en prenant l’une des quatre premières places de la finale. Mais après qu’il eut retranché plus d’une seconde à son record en série en toute sérénité (1.47.00), nous avions le secret espoir (et peut-être bien lui aussi !) qu’il puisse se mêler à la lutte pour la qualification olympique individuelle.

La confrontation a tenu toutes ses promesses. Comme à son habitude, Jérémy Stravius ressort nettement en tête après le plongeon au niveau des 15m. Il engloutit la première longueur à grande vitesse (24.22), avec Yannick Agnel, parti vite comme à son habitude (24.35), et Clément Mignon (24.43) sur ses talons. Après une nouvelle très grosse coulée, il semble néanmoins marquer le pas, laissant même le Marseillais prendre les commandes au passage du 100m (51.33). En dépit d’un départ rapide, cette première partie de course a été nagée relativement lentement au regard des temps de passage des séries et des autres courses de référence des protagonistes. Dans la troisième longueur de bassin, Clément Mignon relance très fort en sortie de virage, mais c’est finalement Yannick Agnel qui se montre le plus rapide (27.50) pour prendre les commandes de la course au passage du 150m. Clément Mignon a commencé à craquer, et seuls Jérémy Stravius et Jordan Pothain semblent en mesure de revenir lui souffler la victoire. Après un milieu de course timide, l’Amiénois lâche les chevaux et réalise un dernier 50m de grande qualité (26.70) pour se détacher et l’emporter. Derrière lui, Yannick Agnel, Clément Mignon et Grégory Mallet ont tous les trois craqué dans la dernière longueur, quand Jordan Pothain et Lorys Bourelly profitaient de leurs qualités d’endurance pour grapiller des places.

Chronométriquement, la course n’a pas été aussi rapide qu’attendue. Personne ne réalise les minimas directement qualificatifs pour les Jeux, Jérémy Stravius échouant pour 12 centièmes (1.46.18, 3e meilleure performance mondiale de l’année, tout de même). En revanche, les quatre premiers de la finale ont accompli les Temps de qualifications olympiques, ce qui laisse augurer le meilleur pour le relais 4x200m olympique.

Jordan Pothain est la véritable révélation de l’épreuve. Hier matin, son record personnel était encore de 1.48.12. En série, il avait réalisé 1.47.00 sans donner sa pleine mesure. Dans une finale compliquée à gérer du fait de ses enjeux, entouré de nageurs plus rapide que lui sur la première partie de course, il améliore de nouveau sa meilleure marque (1.46.81), s’installant ainsi provisoirement à la cinquième place des rankings internationaux 2016. Le Grenoblois continue de progresser à vue d’oeil et devrait de nouveau faire parler de lui en (très ?) bien samedi en finale du 400m NL.

Pour Yannick Agnel, il s’agit d’un échec sportif patent. Incapable de décrocher ses adversaires dans la première partie de course (sa stratégie de ces dernières années), il a comme en série nettement calé dans la dernière longueur de bassin. Sa performance est insuffisante pour se qualifier directement en individuel aux Jeux. Il pourrait donc ne pas défendre son titre à Rio l’été prochain. En revanche, il convient de souligner l’état d’esprit positif et collectif dont il a fait preuve aux micros quelques minutes après sa course, assurant ses coéquipiers et ses supporters de son plein investissement dans la quête de succès olympiques du relais 4x200m.


A la sortie de la finale, l’entraineur de Yannick Agnel au Mulhouse Olympique Natation, Lionel Horter, a déposé une réclamation auprès du jury de la compétition concernant le classement de la course.

Le jury d’appel s’est réuni dans le soirée pour étudier la réclamation et a jugé cette dernière recevable. Après examen de la réponse effectuée par le juge arbitre et analyse des éléments fournis, et considérant que la vidéo (non officielle) ne peut être utilisée en la circonstance, le jury d’appel a écouté les arguments du juge arbitre et vérifié que le classement officiellement diffusé respecte le réglement de la FINA. Le jury d’appel a conclu que la décision du juge arbitre était confirmée, de même que le classement et les temps annoncés.

Que dire ? Visuellement, comme la plupart des (télé)spectateurs, il nous semblait que Yannick Agnel avait touché le mur en seconde position. Par ailleurs, de nombreux dysfonctionnements des plaques sont venus perturber le déroulement de la compétition tout au long de la journée. Nous comprenons donc le sentiment d’injustice que le camp mulhousien peut ressentir en ces circonstances.


Lorys Bourelly crée une petite surprise en s’adjugeant la quatrième place de la finale, validant ainsi sa présence à Rio dans le collectif du relais. Il doit cet accomplissement à un dernier 50m époustouflant qui lui a permis de dépasser Grégory Mallet et Clément Mignon dans les derniers mètres de la course. Son nouveau record personnel (1.47.83) lui permettra également de nager en individuel aux championnats d’Europe de Londres en mai prochain.

  • En finale A, Jonathan Atsu nage en 1.48.83, nouveau record personnel, tout proche des minimas européens.
  • En finale B, après sa déconvenue sur 1500m la veille, Joris Bouchaut se rassure pour la suite de la semaine en pulvérisant son record (1.49.80). Nicolas d’Oriano se signale également (1.50.94).
  • Toujours en finale B, Rémi Meresse (1998, TOEC) réussit les minimas pour les Euros junior (1.50.95). Roman Fuchs (1998, Amiens Métropole) l’imite en finale C (1.50.34).

 

100m dos dames

Béryl Gastaldello conserve son titre de championne de France du 100m dos (1.00.26, record personnel) et devrait ainsi s’octroyer la place de dossiste dans le collectif du relais 4 nages féminins pour les Jeux. Elle a su contenir jusqu’au bout les assauts répétés d’une Camille Gheorghiu décidément en grande forme. Cette dernière se pare d’argent en 1.00.74, une performance remarquable quand on sait que son record personnel était de 1.02.14 au matin de l’épreuve. Les deux nageuses sont qualifiées pour les championnats d’Europe sur la distance.

100 dos f podium (2)

Déception en revanche pour Mathilde Cini (3e de la course en 1.01.64), qui ne se qualifie pour aucune compétition internationale, et pour Pauline Mahieu, bien loin de ses temps de référence.

Au rang des satisfactions on notera :

  • Les records personnels d’Emma Terebo (1.02.29) et Fanny Danet (1.03.57) en finale A.
  • Le record personnel d’Auriane De Premilhat (1.01.51) en finale B, qui lui aurait permis de remporter la médaille de bronze en finale A.
  • Les records personnels de Cyrielle Duhamel (2000, Stade Béthune Pélican Club, 1.03.88) et Lila Touili (2000, Canet 66 Natation, 1.03.91), minimas pour les Gymnasiades à la clé.